UNE QUESTION SUR LE VIF | Kadhafi, la fin d’un dictateur

Pierre-Yves Rapaz avec Jean-Pierre Grin-marcheYverdon (2)

Les images choquent !  Muammar Kadhafi capturé vivant et abattu. Son corps tuméfié exposé dans une chambre froide de Misrata. Un dictateur sanguinaire termine sa vie dans un bain de sang alors que la Libye s’apprête à instaurer dans le pays une culture des droits de l’homme et les bases d’une démocratie.

La nouvelle Libye peut-elle se construire sur la vengeance ? Nous avons posé la question à Pierre-Yves Rapaz, candidat au Conseil d’Etat.

« Ces images sont regrettables et indignes, elles suscitent le malaise, même si Muammar Kadhafi a commis des crimes contre l’humanité. Un procès digne de ce nom aurait permis au peuple libyen de tourner la page sur des années de dictature dans un esprit de justice. Combattre des actes criminels par la violence ne démontre pas une réelle volonté de changement de société. Construire une vraie démocratie et faire respecter la justice sera sans doute difficile. Je crains qu’une dictature laisse place à une autre forme de dictature ».

Pensez-vous que le pouvoir corrompt ?

« Malheureusement l’homme étant ce qu’il est, plus il a de pouvoir plus il se croit invulnérable et au-dessus des lois. L’académicien Maurice Druon disait « Le fractionnement du pouvoir est la plus sûre manière d’en empêcher l’abus. Extrait de « Le Pouvoir ». »

Dany Schaer
Marché d’Yverdon, samedi, 22 octobre 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *