Pierre-Yves Rapaz, regard sur la violence des jeunes

Violaine-Martinella-grau et Pierre-Yves Rapaz

La Villa Murillo est l’écrin choisi par Violaine Martinella-Grau, pour présenter son livre « Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes ». Un guide comme outil de travail pour les parents et professionnels confrontés aux problèmes de la violence.

Psychologue du travail, gendarme et maître-praticienne en Programmation Neuro linguistique, Violaine Martinella-Grau s’est spécialisée dans le domaine de la gestion et de la prévention de la violence, à l’aide notamment des applications de la PNL. Cet ouvrage dresse un panorama de la situation actuelle en Suisse et des mesures pénales, il aborde les causes du phénomène, les acteurs potentiels et les mécanismes liés.

Pierre-Yves Rapaz, député et candidat au Conseil d’Etat, s’intéresse à la violence dans sa globalité: «Les outils traités dans ce guide permettent aux policiers, enseignants et travailleurs sociaux de résoudre une situation difficile. Certaines stratégies évoquées offrent aux parents une aide immédiate et donnent quelques pistes simples pour permettre de ne pas devenir l’otage de situations de violence. S’il est nécessaire de fixer des limites claires aux enfants il est aussi important d’écouter, dialoguer et permettre avant d’interdire ». Une notion que le politicien et père reconnait avoir parfois négligée.

La violence et la délinquance sont étroitement liées. Le jeune qui commet des violences s’expose à une sanction? «Elles varient selon le type d’infraction mais je privilégie le travail d’intérêt général. Le jeune doit comprendre que s’il franchit les limites il sera sanctionné et de manière immédiate. La lenteur de la justice, qui parfois met des mois, entre l’action fautive et la sanction, n’a plus de sens pour le jeune qui a mûri entre temps et s’est refait une conduite ou au contraire a poursuivi sa voie délictueuse dans un sentiment d’impunité ».

Pierre-Yves Rapaz fait une distinction entre violence à caractère individuel et violence de masse tel que le hooliganisme par exemple. « Nous avons à faire à une violence anonyme, souvent provoquée par des supporters cagoulés. L’esprit de liberté dans notre société permissive et l’absence de normes imposées prennent le pas sur toute autre considération. Le laxisme laisse dans l’esprit du délinquant un droit à la violence ».

Dany Schaer, Clarens, Villa Murillo, le 20 octobre 2011

Livre : Comprendre et désamorcer la violence chez les jeunes, LEP Editions Loisirs et Pédagogie SA, 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *