Pierre-Yves Rapaz devant les délégués de l’UDC Suisse réunis à Chamblon

UDC-Chambon (43)

Après l’ouverture de l’assemblée avec l’hymne national, Pierre-Yves Rapaz, chef de Groupe UDC au Grand Conseil vaudois et candidat à l’élection au Conseil d’Etat prononce les salutations de l’UDC du canton de Vaud. Une allocution qui fait état de l’enjeu majeur pour le canton qui élira le week-end prochain son nouveau Conseiller d’Etat. 

L’heure du choix !  Pour l’électeur il s’agit de bien réfléchir avant de mettre son enveloppe dans l’urne. Basculer à Gauche voudrait dire une remise en question de toute la politique du Centre droite. Une politique qui a fait ses preuves et qui a réussi  à maintenir des finances saines pour le canton.

Nous avons demandé à Ueli Maurer, Conseiller fédéral, ce qu’il pense de la difficulté pour les candidats UDC à entrer dans un Exécutif ?
« En principe les partis de droite soutiennent les candidats UDC lors d’élections mais actuellement il y a un réflexe contre l’UDC.  Alors que logiquement nous devrions être partenaires nos candidats à forte personnalité avec des opinions tranchés font peur. C’est un phénomène plus spécifique aux grands cantons. Dans les petits cantons comme Obwald, Nidwald, Appenzel  nous sommes bien représentés dans les exécutifs. Du fait de la proximité les gens se connaissent et les alliances se font plus facilement. Dans les plus grands cantons je pense qu’il faudra encore du temps, dix ans peut-être pour parvenir à convaincre. Il s’agit avant tout d’un problème de confiance».

Yvan Perrin, conseiller national et vice-président  UDC Suisse parle d’un défi majeur pour l’UDC
« Le défi majeur pour l’UDC est de se doter de personnes politiques qui ont le profil adéquat soit pour le système au scrutin majoritaire soit pour le système proportionnel. Le canton de Berne a réussi à intégrer les deux tendances. Mais c’est un travail de longue haleine, de communication, de confiance. Certains ont critiqué notre volonté d’entrer au Conseil des Etats. Mais si l’on veut des succès futurs on doit analyser  et accepter notre traversée du désert. Il faudra un peu de temps pour y arriver mais je reste convaincu que cette volonté est la bonne. C’est au Gouvernement que l’on gouverne ! »

Christoph Blocher, a. Conseiller fédéral et vice-président UDC Suisse se bat pour la Suisse
« Que l’UDC soit représentée au gouvernement comme un partenaire à part entière ou qu’elle reste dehors, cela n’a finalement pas beaucoup d’importance : de toute manière l’UDC se battra pour la Suisse. Même dans les cantons la lutte est âpre pour entrer dans un Exécutif. Une vague anti-UDC traverse le pays actuellement  et notre rôle est de convaincre encore et encore. Et les médias surtout les chaînes de la radio et de la télévision ont tendance à s’acharner contre notre parti ce qui a pour effet de nuire à nos candidats ».

Manifeste de l’UDC Suisse
L’assemblée des délégués de l’UDC Suisse demande aux autres partis et, partant, au Parlement de rétablir la concordance qui a fait ses preuves. Il est plus important que jamais que les quatre principaux partis soient représentés au gouvernement alors que des turbulences économiques se profilent à l’horizon et que l’indépendance de la Suisse est  menacée.

Dany Schaer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *