Une reprise en main est indispensable !

Le groupe UDC au Grand Conseil ne cesse d’intervenir lors de l’élaboration de lois modifiant ou parlant de sécurité. Ce n’est pas le seul sujet sur lequel celui-ci intervient. Mais il faut bien dire qu’il s’agit d’un thème que les autres groupes politiques ne mettent pas forcément en avant.

En effet, il n’est pas très porteur de parler de sanctions, de durcir certaines lois, d’arrêter de rêver et de croire que “tout le monde, il est beau; tout le monde, il est gentil”. La génération soixante-huitarde doit ouvrir les yeux et enfin admettre que la population a changé et qu’elle a besoin d’un encadrement. Un enfant comme un adulte a besoin d’un cadre clair et compréhensible qui doit être respecté. Pour cela, des effectifs supplémentaires à la police ne sont pas l’unique moyen.

Lors du vote du budget 2010 l’automne dernier, le groupe UDC a approuvé  l’augmentation d’effectifs tout en rappelant que nous devons adapter nos lois à cette nouvelle délinquence gratuite. Les exemples récents (Villeneuve, Yverdon, Lausanne et d’autres) nous donnent à penser que la majorité politique de ce canton et même de la Suisse n’a pas encore réalisé qu’il y a des problèmes et minimise en disant qu’il s’agit de cas rares et exceptionnels.

Pour l’UDC, un cas est un cas de trop et nous devons prendre les mesures qui s’imposent et surtout soutenir celles et ceux qui essayent de faire respecter nos lois. La police est trop souvent présentée comme inhumaine, dure et sans proportionnalité dans le cadre de ses interventions. Or, elle ne fait que son travail. Celles et ceux qui défient nos lois ne méritent que des sanctions sévères et rapides de la part de notre justice.

L’initiative dite des “moutons noirs” sur laquelle nous devrons nous prononcer est un des moyens de faire comprendre à celles et ceux qui commettent des délits que la Suisse n’est pas un Etat de non-droit. Le respect de l’autorité, des autres et des biens publics doit déjà être inculqué à l’école.

L’UDC va continuer de faire respecter nos us et coutumes ainsi que l’ordre public avec la population, puisque le monde politique élu reste sourd à ses avertissements.

Laisser un commentaire